Adoption à Medellin

Accueil par l’interprète qui va reconduire les parents à l’hôtel. Ce dernier étant situé à Rio Negro, si l’avion arrive après 19h00, couché à un des hôtels situés près de l’aéroport. La représentante d’Appel téléphone à l’hôtel pour savoir si tout va bien, et expliquer la suite des évènements. Elle laisse ses coordonnés pour la rejoindre.

Le lendemain, l’interprète vient chercher les parents à l’hôtel pour le transfert à Medellin, à l’hôtel choisi.

Rencontre avec l’avocate qui décrit en détail les lois colombiennes sur l’adoption, et le déroulement du procès.

Deuxième journée : Les parents vont chercher leur nouveau trésor à l’orphelinat, accompagné de l’interprète et de l’avocate.

Troisième journée : Rencontre avec l’avocate pour aller signer la demande de début du procès. Toute la famille, l’avocate et l’interprète se rendent au palais de justice.

L’interprète demeure disponible en tous temps, si la famille désire visiter, magasiner, etc.

Les parents reçoivent quelques appels téléphoniques de l’avocate, et de la représentante de Appel pour savoir si tout est sous contrôle.

Lorsque le juge a vérifié les papiers (il n’a pas de délai maximum selon la loi, dans le cas présent, 2 jours), les parents ont confirmation de l’avocate que le procès débute. Pour le procès, le délai maximum accordé par la loi est de 10 jours ouvrables.

Entre temps, la famille doit se rendre chez un notaire pour signer des papiers afin de nous permettre de quitter la Colombie avec l’enfant. L’interprète s’occupe de tout (transport, détails, etc.).

On doit aussi faire prendre des photos du bébé pour son passeport Colombien. L’interprète s’occupe de tout.

Lorsque le jugement est prononcé, un des deux parents doit se rendre à nouveau au palais de justice pour signer le jugement (seul avec l’interprète).

La demande de passeport est transmise au bureau des passeports (même bâtiment que le palais de justice). On doit attendre quelques jours pour recevoir le passeport de l’enfant. L’avocate s’occupe également de cette paperasse.

Planification du départ pour Bogota avec la représentante d’Appel

Dans le cas présent (cas spécial), l’Ambassade du Canada trouvait que le bébé était trop petit pour son âge. Les parents ont dû prendre rendez-vous chez une pédiatre, et à un laboratoire pour des prises de sang. L’interprète s’occupe de tout (rendez-vous rapide, transport, accompagnement). Deux jours supplémentaires ont été nécessaires pour cette demande. Les papiers sont par la suite transmis par l’interprète à Trinidad et Tobago pour vérification et acceptation par un médecin.

L’avocate rencontre les parents pour leurs remettre plusieurs copie du jugement, et tous les documents nécessaires pour faciliter le retour au Canada.

La famille peut finalement partir pour Bogota, la représentante de Appel (ou une personne ressource identifiée) nous attend à l’aéroport pour conduire tout le monde à l’hôtel.

Avant le départ, la représentante de Appel mentionne que les exigences de circulation, à Bogotá, obligent parfois les utilisateurs à ne pas pouvoir prendre leur véhicule (plaques d’immatriculation paire ou impaire). Dans ce cas, une personne ressource de l’hôtel sert d’accompagnateur et d’interprète entre l’aéroport et l’hôtel.

Il nous attend à l’aéroport avec un panneau et notre nom inscrit dessus.

À Bogotá, la représentante d’Appel s’occupe des démarches pour l’obtention du visa canadien. Elle accompagne l’un des parents à l’ambassade.

Dans ce cas particulier, l’ambassade devait attendre la réponse du médecin de Trinidad et Tobago avant de fournir le visa Canadien (2 jours de délai supplémentaires).

Dernier jour (20e). La représentante (ou une personne ressource) va reconduire la famille à l’aéroport, et les accompagne jusqu’au comptoir de l’immigration en expliquant en détails quels papiers doivent être présentés aux divers comptoirs.

Retour au Canada. A l’aéroport, on doit passer par les bureaux d’immigration Canada et Québec.

Notes
Ce voyage s’est déroulé du 1er au 21 septembre 2001.

Pour toute la durée du voyage, les divers intervenants au dossier demeurent en contact constant avec les parents. Ces derniers possèdent les coordonnées de l’interprète (tél. et cellulaire), de la représentante d’Appel Inc. en Colombie, de l’avocate et de Appel à Rock Forest. Pour les adoptions à Bogotá, le système judiciaire étant débordé de demande, prévoir un séjour minimum de 6 semaines. Les étapes sont sensiblement les mêmes. Les parents prennent généralement 2 semaines pour aller se reposer sur le bord de la mer (Santa-Martha ou Cartagena).

image10

Préparé par: Daniel Pedneault
Date: 2002-08-03

Comments are closed.